Les impacts du digital sur l’environnement

Ce n’est plus un secret : la crise sanitaire en lien avec l’épidémie de COVID-19 a considérablement accéléré la transformation numérique, déjà amorcée depuis quelques décennies. Inauguration de l’école à distance, mise en place du télétravail pour les salariés mais aussi et surtout, l’adoption par de nombreuses entreprises de modèles économiques reposant sur le digital afin de digitaliser leurs ventes et sauver leur chiffre d’affaires.

Alors que cette transition numérique a permis à bon nombre d’entreprises de résister à la crise, les questions autour de l’impact environnemental de cette dernière se posent aujourd’hui. Bien qu’imperceptible à l’œil nu, le digital n’est pas sans conséquence pour notre Planète bleue.

Sans plus tarder, découvrez les conséquences écologiques du numérique et les solutions qui existent pour limiter notre impact carbone.

 

Qu’est-ce que l’empreinte écologique ?

 

Avant de rentrer dans le détail, il est important de bien comprendre la notion d’empreinte écologique. Créé par le Global Footprint Network, cet outil est capable de « mesurer la pression qu’exerce l’Homme sur la nature ». Plus concrètement, l’empreinte environnementale permet de mesurer l’impact qu’un individu a sur la planète et de calculer la quantité de ressources naturelles qu’il a consommées.

En 2021, le digital représentait entre 3 et 4% des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le monde, soit deux fois plus que le transport aérien. Si ces chiffres restent modestes aux côtés d’autres secteurs, c’est la croissance annuelle de cette consommation qui doit amener à réflexion. En effet, selon le pré-rapport de la mission d’information sur l’empreinte environnementale du numérique du Sénat, l’augmentation des émissions en GES  du numérique pourrait atteindre +60% d’ici 2040, soit 6,7% des émissions de GES nationales.

 

Pollution numérique : d’où vient-elle ?

 

Aujourd’hui encore, beaucoup d’individus pensent que seuls les déchets tangibles sont dangereux pour la planète et pour le réchauffement climatique. Par conséquent, le passage d’une production excessive de papier et de plastique – pour la réalisation de flyers, catalogues, etc. - à une stratégie de communication et de marketing digital serait la réponse aux problèmes écologiques. Mais tout n’est pas si facile…

« La dématérialisation de votre communication n’est pas synonyme d’écologie ».

Il convient donc de comprendre d’où vient cette pollution numérique afin d’apporter les réponses nécessaires pour un marketing et une communication plus « green ».

Et surprise ! Il semblerait que ce soit la phase de production des terminaux qui pollue le plus, représentant 70% de l’empreinte carbone du numérique en France. À titre informatif, fabriquer un ordinateur nécessite aujourd’hui 350 kg de CO2 et 2,5 tonnes de matières premières. Un constat sans appel, surtout lorsqu’on sait que 51% de la population mondiale est désormais connectée à Internet (contre 24% seulement en 2009).

Au-delà de la production, l’électricité utilisée pour le numérique est également considérable : le digital consommerait entre 7 et 10% de l’électricité mondiale. Autrement dit, si Internet était un pays, il se positionnerait comme le 3ème consommateur mondial d’électricité, derrière la Chine et les États-Unis.

Enfin, se débarrasser de ses anciens appareils électroniques est aussi très polluant. Difficiles à recycler, les composants de ces appareils représentent environ 175 000 tonnes de déchets annuels.

Bien que ces chiffres puissent effrayer, rassurez-vous. Des solutions existent pour rendre le digital plus écoresponsable. C’est parti pour un tour d’horizon sur les conseils que nous pouvons appliquer en entreprise pour limiter notre empreinte environnementale.

 

5 idées pour réduire l’empreinte environnementale du marketing digital

 

Voici 5 gestes simples à adopter en entreprise pour réduire votre impact écologique :

-   Faire un tri dans votre boîte mail et supprimer ceux dont vous n’avez pas besoin. À titre informatif, supprimer 30 mails permettra d’économiser l’énergie déployée par une ampoule restée allumée toute une journée.

-   Évitez, autant que faire se peut l’envoi de pièces jointes par mail

-   Utilisez des plateformes collaboratives plutôt que les mails

-   Fermer vos onglets internet

-   Préférez l’achat d’appareils reconditionnés plutôt que du neuf

 

Concernant votre stratégie marketing, privilégiez le slow content. Vos prospects risquent d’être agréablement surpris et plus réceptifs face à un contenu de qualité, que face à l’envoi abusif de messages inadaptés.

Sur votre site internet, pensez à réduire la taille de vos images : en plus d’être bon pour la planète, c’est bon pour votre SEO !

 

visuel-CTA-guide-top-20-erreurs-seo

Télécharger votre guide "Top 20 des erreurs SEO"

Digital Passengers